Vibractions
Education populaire avec les « Giboulées » et la Ligue de l’enseignement

 

Les Giboulées de Mars

La Ligue de l’enseignement des Deux-Sèvres accueillait les 8 et 9 mars à Melle le Festival « Les Giboulées », une rencontre autour du spectacle vivant qui pour la première fois adoptait la dimension « Nouvelle-Aquitaine ». L’occasion de revenir sur les multiples missions de ce mouvement populaire âgé de 152 ans.

Les Giboulées un moment unique.

Les Giboulées, c’est un moment unique organisé par le Réseau Chemins de Traverse visant à présenter une sélection de spectacles « jeune public » qui sera intégrée au carnet de diffusion de la Ligue à une échelle régionale pour ensuite les proposer aux comités d’entreprise, établissements scolaires … tout au long de l’année.

En deux jours, 12 spectacles ont été présentés, pour certains devant un public de scolaires par des compagnies venues de plusieurs départements. « C’est un gros travail de préparation et d’organisation » soulignait Jérôme Bâcle, secrétaire général de la Ligue des Deux-Sèvres « 6 techniciens sont mobilisés car il faut installer chaque scène, préparer les décors, les lumières, jongler entre les différents plateaux, et encore, ici à Melle, Metullum offre des équipements modernes. »

Un impact économique et social.

L’an prochain ce sera au tour de Bergerac d’organiser Les Giboulées « Cette édition 2018 est la première à l’échelle de Nouvelle-Aquitaine et bien que 8 départements sur 12 (Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime, Landes, Dordogne, Corrèze et Haute-Vienne), participent pour le moment à cet échelon régional, il faut organiser l’accueil, l’intendance, ce qui par ailleurs a un impact très positif localement sur l’hôtellerie et la restauration. »

Deux jours de temps forts d’éducation culturelle.

Jocelyne Brandeau, présidente de la Ligue des Deux-Sèvres, qui fut enseignante, rappelle que « les Giboulées, c’est un temps fort de deux jours qui doit aussi montrer le travail pédagogique qui peut être réalisé en parallèle de certaines animations sur des sujets forts comme les migrants, la différence. »

La présidente a également souligné le travail qui est réalisé tout au long de l’année par les bénévoles et l’équipe d’une dizaine de salariés de la Ligue en Deux-Sèvres : « Le cinéma chez nous, lire et faire lire, les rencontres sportives scolaires USEP, la formation des animateurs, les classes découverte, les classes de théâtre… autant d’actions et bien d’autres sont gérées par la Ligue. Elles complètent l’éducation culturelle et sportive et de loisirs des jeunes… Et des moins jeunes ! »

Plus : www.laligue79.org

Quelques chiffres :

En 2017, en Deux-Sèvres, la Ligue a permis à :

  • 185 enfants de 7 à 17 ans de participer à 11 camps organisés dans le département
  • 500 élèves de partir en classes découvertes
  • 190 associations affiliées d’organiser 230 rencontres sportives
  • 136 animateurs de se former
  • 200 « séniors et sportifs » de s’engager dans une pratique sportive hebdomadaire
  • 36 jeunes volontaires en service civique d’agir dans 20 structures
  • 140 bénévoles d’intervenir dans 60 structures pour « lire et faire lire »
  • De nombreuses personnes de découvrir le cinéma dans 16 salles de cinéma aménagées en milieu rural (41000 entrées).
  • Articles les plus consultés
  • Culture
  • Sport
  • Social
  • Economie